Rechercher une conférence

Les conférences du congrès

ADF 2019

Intégration parodontale et Prothèse fixée : les clefs pour une prothèse parodontale - BROUSSEAUD Julien



Pour regarder la conférence ou l'ajouter à votre pack :
Identifiez-vous

Séance D95 : Prothèse fixée et parodonte : comment fiabiliser les traitements au quotidien

L'élaboration et la mise en place d'une prothèse fixée sur la dent naturelle entrainent inévitablement des conséquences sur le parodonte. Avant tout acte prothétique, l'analyse initiale du parodonte permet de révéler son phénotype et son état vis-à-vis de la maladie parodontale. Car si la santé parodontale est un pré-requis impératif pour la prothèse, le parodonte est pour autant souvent affaibli ou réduit par les séquelles de la maladie. Certains paramètres prothétiques comme les matériaux, la forme et le positionnement des limites, le mode de jonction par exemple seront ainsi conditionnés par l'état des tissus parodontaux environnants.

Aujourd'hui, l'évolution des matériaux, des techniques de collage et l'apparition de l'empreinte numérique ont considérablement modifié notre approche parodontale de la prothèse fixée.

Ainsi, un positionnement juxta ou supra-gingival permet de mieux contrôler les problèmes d'ajustage, de contour ou d'excès de ciment ou de colle.

Cependant, les limites prothétiques doivent parfois être positionnées en intra-sulculaire dans les cas d'atteinte carieuse profonde, de fracture ou de manque de hauteur prothétique.

Il est alors impératif de maitriser l'intégralité de la chaine prothétique en restant paro-conscient. Parmi toutes les étapes prothétiques, une attention particulière sera portée à 3 étapes clefs :

- Les limites prothétiques doivent être adaptées tridimensionnellement au profil gingival en fonction du matériau de reconstitution choisi. Leur netteté est la condition sine qua non pour un enregistrement fiable et précis. L'apport des ultrasons améliore grandement cette phase délicate, sans risque pour le parodonte marginal.

- La phase de temporisation par prothèse transitoire permet non seulement de guider la cicatrisation du parodonte, mais aussi de le protéger durant la réalisation de la prothèse d'usage. La précision d'ajustage, la forme du profil d'émergence et le polissage permettent de préparer le parodonte à l'empreinte et à la présence de la future prothèse. La prothèse transitoire est une véritable esquisse qui permet de tester le parodonte et les possibilités de nettoyage par le patient.

- L'accès aux limites cervicales doit permettre de ménager un espace suffisant pour le matériau d'empreinte, sans bulles, ni déchirures. Cette étape, à l'origine d'une inflammation parodontale théoriquement réversible  doit être mesurée et adaptée au phénotype parodontal pour rester atraumatique. En effet, même si les techniques dites par déflexion semblent être les moins traumatisantes, elles peuvent être " à risque " sur un parodonte fin.

Au final, l'intégration optimale d'une prothèse fixée sur le plan parodontal découle de la connaissance parfaite du parodonte et de la maîtrise des gestes prothétiques vis-à-vis de ce dernier.

Après 10 ans, il semblerait cependant que 50% des limites prothétiques initialement intra-sulculaires soient exposées et visibles. Dans ces conditions et si les contraintes esthétiques et mécaniques le permettent, la recherche de limites prothétiques à distance du parodonte semble de mise. D'une part pour éviter des manoeuvres potentiellement iatrogènes, d'autre part pour éloigner du parodonte le joint dento-prothétique et permettre un meilleur nettoyage.

- Kosyfaki P, del Pilar Pinilla Martin M, Strub JR. Relationship between crowns and the periodontium: a literature update. Quintessence Int. 2010 Feb;41(2):109-26.

- Valderhaug J. Periodontal conditions and carious lesions following the insertion of fixed prostheses: A 10-year follow-up study. Int Dent J. 1980;30: 296-304.

Mentions légales | Charte de confidentialité | Contactez-nous