Rechercher une conférence

Les conférences du congrès ADF

Restaurations coronaires adhésives sur dents dépulpées : indications et limites - Etienne Olivier



Pour regarder la conférence ou l'ajouter à votre pack :
Identifiez-vous

Séance - C75 : Dents dépulpées, l'ancrage est-il toujours d'actualité ?

Restaurations coronaires adhésives sur dents dépulpées : indications et limites Olivier ETIENNE La réhabilitation des dents dépulpées est intimement liée à leur délabrement. Celui-ci peut faire suite à diverses étiologies, incluant la maladie carieuse, la fêlure, la fissure ou encore l’usure. L’anamnèse et les examens cliniques et radiographiques, préalables indispensables à tout traitement, permettent de préciser cette étiologie et ainsi d’envisager le type de restauration à envisager. Les options indirectes figurent parmi les possibilités qu’il faut évaluer et confronter avec le volume perdu et la stabilité morphologique espérée dans le temps. Si les thérapeutiques par Restauration Esthétique en Céramique Collée (RECC) constituent aujourd’hui la base de tels traitements (1), les options cliniques restent discutées, en particulier dans l’indication selon le secteur concerné, dans les formes de préparation et dans les matériaux utilisés. Ainsi, le secteur antérieur, soumis à des forces de cisaillement, requiert la présence d’un cerclage dentinaire (ferrule) d’au moins 2 mm afin d’assurer le complément mécanique indispensable au collage. L’adjonction d’un ancrage endodontique sous forme d’un tenon collé représente alors un confort de travail sans constituer une obligation absolue. Dans les secteurs postérieurs, plus volontiers soumis à la compression, la dent dépulpée peut faire l’objet d’un traitement par endocouronne ou par overlay collé sur un noyau de composite restituant le tissu dentinaire perdu (concept biomimétique). En dehors des critères de contre-indication de l’endocouronne (faible hauteur de chambre pulpaire), ces deux options bénéficient de comportements cliniques quasi-similaires pour les secteurs molaires. En revanche, le traitement par endocouronne des prémolaires dépulpées semblent présenter des limites dans le temps (2), ce qui tend à recommander plutôt l’indication de l’option biomimétique dans ce secteur. Concernant les formes de préparation et les matériaux recommandés, la présence ou l’absence des crêtes marginales constitue un critère de choix. Ainsi, face à une dent dépulpée ayant perdu ses deux crêtes marginales, l’option d’un recouvrement total par overlay est plus indiquée (3); tandis que si une crête résiduelle et épaisse persiste, le recours à un inlay/onlay est envisageable. Enfin, le choix du matériau est directement lié à la forme de la RECC et aux contraintes mécaniques qui s’exercent. Ainsi, la céramique présente l’avantage d’une stabilité des marges périphériques et des formes occlusales particulièrement indiquée pour les overlays. Les résines composites, comme les matériaux hybrides, ont un comportement plus adapté aux RECC internes comme les inlays/onlays, où leurs propriétés de dispersion des contraintes sont plus intéressantes et où la préservation de la morphologie est assurée par la dent résiduelle.

Bibliographie

1. Etienne O, Anckenmann L. Restaurations Esthétiques en Céramique Collée. Ed CdP. Coll JPIO. 2016.

2. Otto T, Mormann WH. Clinical performance of chairside CAD/CAM feldspathic ceramic posterior shoulder crowns and endocrowns up to 12 years. Int J Comput Dent. 2015;18(2):147-61.

3. Frankenberger R, Zeilinger I, Krech M, Morig G, Naumann M, Braun A, et al. Stability of endodontically treated teeth with differently invasive restorations: Adhesive vs. non-adhesive cusp stabilization. Dent Mater. 2015;31(11):1312-20.

Mentions légales | Contactez-nous