Rechercher une conférence

Les conférences du congrès ADF

La dent de 6 ans, parce qu'elle le vaut bien… - Delbos Yves



Pour regarder la conférence ou l'ajouter à votre pack :
Identifiez-vous

Séance - D108 : Toutes les clés pour préserver ou restaurer la dent de 6 ans

S’il existe un consensus professionnel en odontologie, c’est sans doute celui qui sacralise la première molaire permanente comme LA DENT ; celle qu’il faut à tout prix préserver de toutes les agressions et conserver le plus longtemps possible, celle dont la perte reflète l’échec du praticien qui n’aura pas pu ou pas su mettre en œuvre la thérapeutique appropriée. La première molaire apparaît le plus souvent vers 6-7 ans, qui n’est peut-être plus aujourd’hui « l’âge de raison » mais la période de tous les dangers, où l’enfant devient plus autonome sans forcément devenir plus raisonnable, ni être bien éduqué, et parce que l’organe dentaire est avant tout immature.
Selon la dernière enquête nationale réalisée pour la DGS par l’UFSBD en 2006, « la proportion d’enfants de 12 ans totalement indemne de carie est de 56%, …/… 6% des enfants non indemnes cumulent 50% des dents atteintes et 20% cumulent 72% des dents atteintes ». Par ailleurs, selon d’autres sources, la première molaire permanente serait la première victime de ces atteintes carieuses et l’indice CAO de la première molaire permanente à 12 ans représenterait 70,2 % de celui de la bouche entière. Ainsi en 2010, plus de la moitié des enfants de 12 ans auraient au moins une lésion sur la face occlusale de cette dent.
A défaut de pouvoir intervenir directement au quotidien dans l’éducation des enfants, le chirurgien-dentiste doit participer activement à la prévention, sous toutes ses formes. Les conseils d’hygiène dentaire et d’alimentation doivent être rappelés même si pour beaucoup, il ne s’agit pas véritablement d’un temps médical, ce qui pose parfois un problème de prise en charge. Il reste que la prévention ne résume pas à l’équation banale sucre=carie et l’augmentation de plus en plus perceptible d’anomalies de l’émail comme les MIH nous laisse penser que les bons conseils ne dispensent pas d’une consultation de dépistage.

Si le cadre familial doit inculquer la bonne habitude d’un brossage biquotidienne avec un dentifrice fluoré adapté, il appartient au milieu professionnel d’évaluer le risque carieux et le cas échéant, de passer à l’étape suivante. Les bonnes pratiques professionnelle actuelles recommandent en première intention les approches non intrusives comme les applications de vernis fluorés ou de gels fluorés : nous connaissons leur efficacité mais le grand public, parfois victime de la désinformation qui règne sur l’internet peut être réticent. Comment le convaincre ? La crainte de contracter une fluorose, nouveau mot colporté par les médias, de s’intoxiquer, ou pire encore de s’empoisonner peut devenir un obstacle et ce d’autant plus que le traitement reste à la charge du patient. Si les protocoles de reminéralisation (Fluorures, AGP) n’ont pas pu être mise en œuvre à temps, alors vient le temps oprératoire.

Dans une optique de dentisterie a minima, la préservation tissulaire reste au cœur de nos préoccupations et les protections par interposition de matériaux, toujours plus performants, précédent le remplacement des parties définitivement altérées. C’est dire tout l’intérêt de bien connaître et de maîtriser la classification ICDAS, qui offre au praticien le bénéfice d’un outil clinique structuré pour une meilleure prise en charge de la dent de 6 ans.

 

COURSON F., VITAL S., MULLER-BOLLA M. Gradient thérapeutique de la dent permanente en odontologie pédiatrique. Rev. Francoph. Odontol. Pediatr. 2012 ; 7 (1) : 34-40

AHOVUO-SALORANTA A, FORSS H, HIIRI A, NORDBLAD A, MÄKELÄ M.
Pit and fissure sealants versus fluoride varnishes for preventing dental decay in the permanent teeth of children and adolescents.Cochrane Database of Systematic Reviews 2016, Issue 1. Art. No.: CD003067.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mentions légales | Contactez-nous