Rechercher une conférence

Les conférences du congrès ADF

Prescription anti-inflammatoire - Davido Nicolas



Pour regarder la conférence ou l'ajouter à votre pack :
Identifiez-vous

Séance - C52 : Chirurgien-dentiste et prescription médicamenteuse

Les anti-inflammatoires sont largement prescrits en odontologie, mais il persiste de nombreux sujets de controverses ou de confusion (indications, choix de la molécule, posologie, durée du traitement, précautions d’emploi, interactions médicamenteuses, contre-indications, effets indésirables, risque infectieux lié à la prise d’anti-inflammatoires). Ceci aboutit à des prescriptions parfois erronées, insuffisantes ou imprécises, où le risque d’effets indésirables l’emporte sur le bénéfice procuré au patient.
Pour faire face à l’inflammation, nous disposons en odontologie des AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) et des corticoïdes. Ces derniers, contrairement aux AINS, possèdent un noyau stéroïde et agissent sur toutes les phases de l’inflammation.
Les AINS regroupent différentes classes chimiques de synthèse de structure non stéroïdiennes.
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ont principalement un effet antalgique et un très faible effet anti-inflammatoire. Certains AINS ont, en outre, un effet antipyrétique (aspirine et certains arylcarboxyliques : ibuprofène, kétoprofène) et anti-agrégant plaquettaire (aspirine irréversible, correspondant au turn-over des plaquettes en 7 à 10 jours et le flurbiprofène réversible en 24 heures). Tous les AINS agissent en inhibant la voie des cyclo-oxygénases (Cox) et donc la synthèse des prostaglandines.

Quant à eux, parmi les anti-inflammatoires stéroïdiens (corticoïdes), on distingue les minéralo-corticoïdes et les glucocorticoïdes (naturels ou de synthèse). Les glucocorticoïdes de synthèse sont utilisés en odontologie. Ils agissent en inhibant la transformation de la phospholipase A2 en acide arachidonique bloquant ainsi les médiateurs de l’inflammation : leucotriènes, thromboxane A2 et prostaglandines.
Dans notre pratique, les corticoïdes sont prescrits par voie générale (orale) et entraînent une action sur le métabolisme glucidique et freinent l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien.

En chirurgie orale, les interventions sont très fréquemment associées à un processus inflammatoire locorégional. Le contrôle de ce processus passe principalement par la prescription de molécules anti-inflammatoires et antalgiques. Le but de cette conférence consiste à faire le point sur les indications et les contre-indications de la prescription des anti-inflammatoires en pratique quotidienne, ainsi que le choix de la molécule, la posologie, la durée du traitement et les effets indésirables.
Références
Bortoluzzi MC, Capella DL, Barbieri T, Pagliarini M, Cavalieri T, Manfro R. A single dose of amoxicillin and dexamethasone for prevention of postoperative complications in third molar surgery: a randomized, double-blind, placebo controlled clinical trial. J Clin Med Res. 2013 Feb;5(1):26-33.
Qi DS, May LG, Zimmerman B, Peng P, Atillasoy E, Brown JD, Cooper SA. A randomized, double-blind, placebo-controlled study of acetaminophen 1000 mg versus acetaminophen 650 mg for the treatment of postsurgical dental pain. Clin Ther. 2012 Dec;34(12):2247-2258.e3.

Mentions légales | Contactez-nous