Rechercher une conférence

Les conférences du congrès ADF

Restauration postérieure directe ou indirecte - Serfaty René



Pour regarder la conférence ou l'ajouter à votre pack :
Identifiez-vous

Séance - D97 : Restauration postérieure directe ou indirecte : quelle est la limite  ?

Dans les cavités importantes, les restaurations indirectes partielles en céramique ou en composite de laboratoire (inlays / onlays / overlays / veneerlays) sont une alternative aux restaurations directes collées en composite car elles évitent le risque de hyatus du joint collé et de fissures dans le matériau générés par la contraction de polymérisation des composites directs. Le recours à ces pièces de laboratoire qui sont collées permet aussi de s’affranchir des préparations délabrantes représentées par les couronnes périphériques puisque le collage chimique remplace avantageusement la rétention mécanique. Cette préservation tissulaire autorise en outre la conservation plus fréquente de la vitalité de la dent, la réalisation d’une reconstitution corono radiculaire à visée rétentive n’étant plus nécessaire..
Les restaurations indirectes partielles répondent donc parfaitement aux objectifs biologiques, biomécaniques et esthétiques recherchés.

Dans les cavités de petit ou moyen volume, par contre, il est plus simple de gérer la contraction de prise des résines composites car la surface de collage est réduite.
La préparation de dépouille nécessaire à la réalisation de restaurations indirectes devient alors préjudiciable sur le plan de l’économie tissulaire et de l’impact biologique. Les composites en montage direct seront donc alors privilégiés.
Le succès à long terme des restaurations postérieures en composite directes nécessite toutefois d’en connaitre les indications et d’éviter certains écueils:
- la préparation visera à préserver au maximum la crête marginale et le point de contact.
- la finition des bords d’émail se fera à l’aide d’instruments ultra sonores et sous lunettes grossissantes.
- un champ opératoire sera placé pour isoler la cavité. Une attention particulière sera portée sur la réétanchéification de cette digue.
- un matriçage adéquat utilisant une matrice fine prégalbée, un anneau écarteur et un coin interdentaire permettra la réalisation d’un point de contact efficace.
- le choix d’un sytème adhésif performant avec un mordançage préalable optimisera le collage du composite à la dentine et à l’émail.
- en cas de proximité pulpaire, une attention particulière sera portée à l’adhésif utilisé.
- la situation de la limite cervicale et la persistance d’un bandeau d’émail sera prise en compte pour recréer cette zone fondamentale.
- la mise en place d’un fond de cavité amortisseur de contraintes en composite fluide ou en ciment verre ionomère modifié par adjonction de résine absorbera en partie la contraction de prise du composite.
- le choix d’un composite se fera en tenant compte de sa faible contraction de prise et de sa facilité de manipulation.
- le montage par stratification lobe par lobe et dans le respect du facteur «c» améliorera l’étanchéité finale et optimisera la morphologie occlusale.
- un polissage soigneux sera réalisé après contrôle de l’occlusion.

Mentions légales | Contactez-nous